II. Wiggins ou le pistard reconverti

2. Conditionnement de champion

Pourtant, cette performance avait attiré l’attention d’une figure du management cycliste, l’ambitieux Gallois Dave Brailsford, expert en performance cycliste et impliqué dans un projet spectaculaire visant à monter une équipe professionnelle britannique ultra-compétitive. L’idée avouée était de faire de cette nouvelle équipe, la Team Sky, un groupe invincible, usant de pratiques d’entraînement d’élite, voué à devenir le meilleur de toute l’histoire du cyclisme sur route. Voulue par la fédération britannique de cyclisme, la British Cycling, parrainée par la British Sky Broadcasting (BSkyB), un opérateur de télévision par satellite, la Team Sky devait réunir les meilleurs talents pour s’approprier les classements cyclistes, en affichant une politique 100% antidopage.

 

Débauché de la Garmin par Dave Brailsford pour la saison 2010 et les trois suivantes, Wiggins devait donc en devenir le leader dans le domaine des courses à étapes. Le manager reconnaissait son ambition de faire gagner le Tour à un Britannique pour la première fois dans un délai de cinq ans. Wiggins avait ainsi été retenu comme le candidat le plus crédible pour conduire la Sky au sommet de la gloire cycliste. Surtout il était passé au centre d’une stratégie de conditionnement, visant à le persuader de sa légitimité. En signant chez Sky à 30 ans, il avait accepté de ne plus se percevoir que comme un vainqueur du Tour de France, vaille que vaille.

 

Avant son Tour de France 2009, Bradley Wiggins n’était certes pas un routier spécialement remarquable, quoique excellent rouleur contre-la-montre, mais il avait collectionné les titres et les records en sa qualité de pistard émérite. Triple Champion du monde de poursuite individuelle (2003, 2007, 2008), double Champion du monde de poursuite par équipes (2007, 2008), Champion du monde de l’américaine (2008), il avait par ailleurs reçu trois médailles d’or olympiques, en poursuite individuelle (2004, 2008) et par équipes (2008), sans compter de multiples médailles d’argent et de bronze. Son palmarès sur route était resté quant à lui assez modeste, malgré sept années passées dans les rangs professionnels, sous des maillots français[1] et américain[2].



[1]La Française des Jeux en 2002 et 2003,  Crédit Agricole en 2004 et 2005, Cofidis en 2006 et 2007. Ses victoires furent très peu nombreuses et presque anecdotiques au regard de la dimension qu’il prendrait des années plus tard. Il se classa 124ème du Tour de France pour sa première participation en 2006. En 2007, il dut se retirer de la course avec toute l’équipe Cofidis en raison du contrôle positif de l’Italien Cristian Moreni.

[2]High Road en 2008. Il y officia en particulier comme poisson pilote du sprinteur Mark Cavendish, et n’y obtient aucun résultat notable.