II. Wiggins ou le pistard reconverti

3. Comme un désert qu'on traverse

Le programme de domination de la Team Sky avait de quoi faire rêver. Ou faire peur. Et Bradley Wiggins pouvait se féliciter de trouver pareil encadrement pour confirmer son brillant Tour 2009 et orchestrer son accession au titre suprême. Toutefois, la saison 2010 avait ruiné sa crédibilité de vainqueur potentiel du Tour de France.

 

En course sur le Giro en vue de se préparer au Tour,  pour le premier Grand Tour de la Sky, Wiggins avait pourtant pris le Maillot rose en remportant la première étape à Amsterdam, un contre-la-montre de 8,4 kilomètres. Son irrégularité par la suite et sa contre-performance au Monte Zoncolan l’avaient néanmoins écarté des premiers rôles. Il s’était classé quarantième de ce Tour d’Italie.

 

Mais l’objectif était bien le Tour, et non pas le Giro. Or il n’y avait été que transparent, incapable de suivre les meilleurs en montagne et de faire parler de lui, traversant l’épreuve sans éclat, achevant la course à une morne vingt-quatrième place, juste derrière Lance Armstrong, en plein déclin. De là à considérer que sa quatrième place au Tour 2009 n’avait été que le fruit d’un fugace état de grâce, il n’y avait qu’un tour de pédale.

 

Ni Sky ni Wiggins n’étaient disposés, cependant, à regarder son Tour 2009 comme l’apogée de sa carrière sur route. Aussi avaient-il réorganisé leur plan de bataille en désignant des objectifs de prestige dès avant le Tour de France, sans pour autant le perdre de vue. Postuler à Paris-Nice ou au Dauphiné par exemple remodèlerait l’approche du Tour, en affinerait la préparation, offriait des opportunités d’édifier un palmarès et de bâtir une réputation. Ainsi Wiggins s’était-il remis sur les rails en terminant troisième de Paris-Nice 2011 grâce à un excellent contre-la-montre, de Rognes à Aix-en-Provence, sur un parcours particulièrement long (27 kilomètres) pour cette épreuve printanière. Il avait réalisé le deuxième temps, à 20’’ de l’ogre Tony Martin, dévoreur pantagruélique de contre-la-montre.