III. 2012, année Wiggins

Lorsqu’il sonna l’énorme cloche de vingt-trois tonnes fabriquée dans la fonderie de Whitechapel, où fut aussi confectionnée celle de Big Ben, pour lancer l’extravagante cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques de Londres, ce 27 juillet 2012, Bradley Wiggins était un héros en son pays. Vêtu d’un T-shirt jaune en clin d’œil au Tour de France qu’il avait remporté cinq jours plus tôt, il apparut filiforme sous les acclamations du public, comme aspiré par cette cloche titanesque, conçue à la mesure de sa popularité fulgurante en Angleterre, dont il était le premier représentant au palmarès de la Grande Boucle. Sa longue silhouette (1,90 m) était devenue familière de tous, à l’image des rouflaquettes qu’il arborait avec un sourire mi-décontracté, mi-flegmatique. On l’aurait cru sorti d’un groupe de rock de Liverpool des années 1960.

Vous pouvez accéder aux différentes sous-parties en utilisant les menus déroulants à gauche.

Les sous-chapitres apparaissent lorsqu'on clique sur le titre du chapitre qui les inclut.