IV. Wiggins, Froome et le reste du monde

Avec Bradley Wiggins, le Tour de France 2012 consacra pour la première fois la victoire d’un Britannique, et a fortiori celle d’un Anglais. Il fut le théâtre d’une pièce presque indigeste jouée par la troupe Sky, qui dirigea toute la mise en scène et imposa son texte et ses répliques au peloton, ce qui fut moyennement apprécié du public, lequel goûte peu, on le sait, les méthodes dirigistes des groupes dominateurs. Ce Tour fut en cela l’aboutissement d’un programme hégémonique et presque tyrannique au cœur duquel Wiggins avait été placé par les managers de cette équipe impressionnante. Dave Brailsford atteignit ainsi l’objectif qu’il s’était assigné, de faire remporter le Tour par la Sky, et par un Britannique de surcroît.

Vous pouvez accéder aux différentes sous-parties en utilisant les menus déroulants à gauche.

Les sous-chapitres apparaissent lorsqu'on clique sur le titre du chapitre qui les inclut.